Les Tremblements de Terre dans la Prophétie

(Voir aussi l'article : La Révolution française figurée dans la Bible)

*   *   *   *

« Il y aura de grands tremblements de terre en divers lieux, des famines et des pestes [ épidémies et pandémies ] ; et il y aura des sujets [ ou phénomènes ] effrayants [ très inquiétants ] et de grands signes du ciel » (Luc 21 : 11).

Leur signification dans le temps présent. — La part qu'ils jouent dans la Nature et dans la Grâce [le Plan de Dieu]. — Leur association avec le règne du péché [injustice] et de la mort. — Les grands résultats qui doivent être attendus. — La stabilité du nouvel ordre de choses dans le Royaume millénaire. — Une heure noire précédant le Matin millénaire.

*   *   *   *

C'est pendant ce dernier siècle [article écrit en mai 1990] que se sont produits les plus grands (et, manifestement, les plus fréquents) tremblements de terre, éruptions volcaniques, ouragans, tornades, typhons, raz‑de‑marée, inondations, sécheresses, famines, pestes, actes de terrorisme, guerres et révolutions de l'histoire. 

Dans la dernière décennie, nous avons vu des tremblements de terre dévastateurs en Italie et en Iran (et dans beaucoup d'autres régions), l’éruption volcanique du Mont Ste Hélène aux U.S.A. et d'autres désastres dans le monde ; ils attirent notre attention sur les Écritures et sur ce qu'elles ont à révéler sur ce sujet

Plus récemment, de graves tremblements de terre ont eu lieu dans la région de la Baie au nord de la Californie. Même pendant la préparation de cet article [en mai 1990], de sérieux tremblements de terre se sont produits en Roumanie, au Pérou, au Mexique et au Japon. Tout ceci a provoqué une vigilance accrue et un état de préparation contre toute éventualité de tremblements de terre dans les régions où les scientifiques disent qu'ils sont inévitables dans la prochaine décennie ou les deux qui suivent. 

Notre texte vient des lèvres mêmes de notre Maître Jésus — d'une partie de Sa grande prophétie (Matthieu 24 : 3-42 ; Marc 13 ; Luc 21 : 5-36). Il décrit la détresse de l'Âge de l'Évangile, particulièrement à sa fin, en préparation à l’inauguration du Règne millénaire et médiatorial de Christ, et ses manifestations éclatantes de droiture, avec Lui en tant que Roi des rois et Seigneurs des seigneurs (Apocalypse 19 : 11‑16).

Dans le texte, notre Seigneur Jésus était interrogé par Ses disciples en ce qui concerne la fin de l’Âge de l’Évangile (ou Âge de l’Église) et les signes qui marqueraient cette fin. 

Dans les versets précédents (Luc 21 : 8‑10), Jésus leur dit qu'ils doivent s'attendre à entendre parler de guerres et de tumultes, [et] qu'ils ne soient pas épouvantés que de telles choses puissent avoir lieu, mais que ce ne serait pas une indication que la fin de l'Âge (1) est proche. Puis, revenant sur les événements de la fin de l'Âge, Il emploie les mots de notre texte concernant les tremblements de terre, les famines et les pestes. Mais Il continue en disant qu'avant ces terribles tremblements de terre, etc., à la fin de l'Âge, Ses disciples souffriraient les persécutions dans les synagogues, les églises, etc., à cause de Lui et de la Vérité.

[ (1) La fin de l’Âge de l’Évangile (ou Âge de l'église) : dans un certain sens, la fin de l’Âge de l’Évangile (de 1874 à 1914 — voir les Etudes dans les Ecritures, Vol. 2) est suivie de la fin du monde (à partir de 1914), c.-à-d. qu'elle est suivie de la fin graduelle de ce monde (« ce monde actuel mauvais » Galates 1:4 — dans les Écritures, le mot « monde » désigne quatre choses : soit l’univers, soit la (planète) terre, soit l’ensemble de l’humanité, soit un ordre (une disposition) de choses, une civilisation. Les Écritures n’annoncent pas la fin du monde (à partir de 1914) dans l’un des trois premiers sens indiqués ci-dessus ; par contre, elles annoncent la fin du monde (à partir de 1914) dans le sens d’ordre (ou disposition) actuel de choses, de civilisation — basé sur l’égoïsme, la cupidité, etc.…

Ézéchiel 7 : 19 annonce : « Ils jetteront leur argent dans les rues, et leur or sera [rejeté] comme une impureté ; ni leur argent ni leur or ne pourra les délivrer [empêcher la fin de ce monde] au jour de la fureur de l'Éternel [Qui — par Jésus — met fin à ce monde (dans le quatrième sens indiqué dans le paragraphe précédent), mettant ainsi un terme au règne du mal et de l'injustice] … car c'est ce [leur argent et leur or — représentant leur égoïsme, leur cupidité, etc.] qui a été la pierre d'achoppement de leur iniquité [injustice]. » Après cela, Jésus introduira le nouveau « monde » attendu (2 Pierre 3 : 13), un nouvel ordre de choses (une nouvelle civilisation) basé sur la justice envers Dieu et le prochain, le désintéressement, etc., à l’échelle universelle — « Que Ta volonté soit faite, comme au ciel, sur la terre aussi ». ]

Loin de nous la pensée que chaque grave tremblement de terre soit en lui‑même un signe de la fin de l'Âge. Nous nous souvenons que l'histoire nous a raconté divers tremblements de terre dans le passé, à tel point que ceux-ci seuls ne prouveraient que peu de choses concernant le temps dans lequel nous vivons. Mais comme beaucoup de gens dans le monde en sont aussi conscients, nous avons fait ressortir, des Études dans les Écritures, des traits variés de la prophétie de signe et de temps qui convergent sur le jour présent [de 1874 à 1914], montrant clairement celui‑ci comme étant le temps de la Moisson de l'Âge de l’Évangile [Matthieu 13 : 39 : « La moisson, c'est la consommation du siècle » (litt. : « la fin de l’âge »)], pendant lequel les élus sont séparés de la chrétienté et de l'erreur [Matthieu 13 : 30 : « Laissez-les (le froment et l’ivraie) croître tous deux ensemble jusqu'à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Cueillez premièrement l'ivraie, et liez-la en bottes pour la brûler, mais assemblez le froment dans mon grenier »], et doivent en fin de compte connaître la résurrection et l'entrée dans le Royaume éternel de Dieu. 

Bientôt, une nouvelle dispensation commencera (le Royaume millénaire et médiatorial) pendant laquelle Christ et Ses élus mettront en évidence la confusion, supplantant l’ignorance, la superstition et l'erreur par la Vérité et la connaissance de notre Seigneur — remplaçant le règne du péché [de l’injustice] et de la mort, qui a duré plus de 6000 ans, par le Règne de la droiture dans une vie éternelle. Les cœurs de milliers de personnes consacrées à l'Eternel, dans de nombreux pays et dans beaucoup de langues, se sont réjouis de cette perspective et ont été fortifiés par les évidences des Écritures soutenant leurs espérances de joie pour un Règne de paix sur la terre.
 

LES SECRETS DE DIEU SONT POUR SON PEUPLE 

Il est vrai que nos frères Adventistes, Adventistes du Septième Jour, beaucoup de frères Fondamentalistes et Évangéliques ont aussi attiré notre attention sur les prédictions des Écritures quant au Second Avènement de Christ et aux grandes épreuves sur le monde, mais notre message est très différent du leur et utilisé à une toute autre fin (ou intention). Leur message consiste à dire que les convulsions actuelles de la nature auront pour but la « destruction de la matière et le fracas des mondes », dans la destruction complète de notre race [l’humanité] et la réduction de la terre en une masse de cendres. Et ils utilisent leur message comme un gourdin pour menacer les méchants et les amener à rechercher « abri et protection » en allant dans leurs églises. 

Combien est différente notre référence concernant ces calamités. Nous tenons pour les Écritures qui affirment que « la terre subsiste toujours », que le froid et le chaud, l'été et l'hiver continueront tant que la terre existera, et que Dieu n'a pas créé la terre en vain, mais l'a formé pour être habitée (Ecclésiaste 1 : 4 ; Genèse 8 : 22 ; Ésaïe 45 : 18).
 

LE FEU COMME SYMBOLE 

Le grand feu de ce jour de notre Seigneur sera symbolique (quoique quelques feux littéraux et, plus encore, des explosions nucléaires puissent être englobés). Les épreuves ardentes qui ont affligé l'Église durant cet Âge n'ont pas été en général composées, même en partie, de feu littéral. Les grands troubles violents qui s'abattent sur le monde renverseront les institutions actuelles — politiques, sociales, financières et religieuses — et engloutiront le monde entier dans le terrorisme et l'Anarchie [article écrit en mai 1990] ; quelques passages des Écritures appellent ceci le grand déluge, et d'autres passages, un feu consumant qui dévorera la terre [société] entière. La disparition des institutions présentes religieuses et sociales appelées « les cieux et la terre de maintenant » sera suivie de l'établissement « de nouveaux cieux et d'une nouvelle terre » (2 Pierre 3 : 7‑13), ou la réorganisation de la société — politique, sociale, etc., suivant les lignes de la droiture et avec l'approbation divine, signifiée dans le passage de notre prière à Dieu par les mots : « Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite, comme dans le ciel, aussi sur la terre » (Matthieu 6 : 10). 

Deux des textes‑preuves proposés sur ce sujet sont : 

(1) La déclaration de l'Apôtre : Quel est l'ouvrage de chacun, le feu l'éprouvera. Si l'ouvrage de quelqu'un qu'il aura édifié dessus demeure, il recevra une récompense ; mais seule la foi bâtie sur le Roc, Jésus‑Christ — l'or, l'argent et les pierres précieuses figurés — demeurera malgré le feu de ce jour, alors que le bois, le foin et le chaume de la tradition, des philosophies et sophismes humains seront consumés (1 Corinthiens 3 : 11‑15). 

(2) L'affirmation de Jéhovah par l'intermédiaire du prophète Sophonie (3 : 8) pour Son peuple : « C'est pourquoi, attendez‑moi, dit l'Éternel, pour le jour où je me lèverai pour le butin. Car ma détermination, c'est de rassembler les nations, de réunir les royaumes [et les nations et gouvernements continuent de s’unir actuellement] pour verser sur eux mon indignation, toute l'ardeur de ma colère ; car toute la terre sera dévorée par le feu de ma jalousie [zèle — ardeur — pour la justice] ». 

Ce feu de la jalousie [zèle] de Dieu est‑il le feu littéral qui réduira la terre (et ses habitants) en cendres ? Ceci n'est pas démontré par le verset 9 qui déclare : « Car alors, je changerai la langue [lèvre — note D.] des peuples (lesquels ne sont pas déjà changés ou convertis) en une langue [message] purifiée, pour qu'ils invoquent tous le nom de l'Éternel pour le servir d'un seul cœur ». Le feu symbolique du terrorisme et de l'Anarchie [article écrit en mai 1990] qui détruira et consumera les institutions actuelles est celui montré comme étant le précurseur de grandes bénédictions de Dieu pour le monde, pour lequel nous prions : « Que Ton règne vienne ». 

Il ne semble pas que nous ayons utilisé cette évidence prophétique concernant le temps de la fin de cet Âge comme un gourdin pour amener les méchants à trouvez refuge. Bien au contraire, nous sommes convaincus et avons fait ressortir à d'autres personnes la déclaration de notre Seigneur : « Aucun des méchants ne comprendra ; mais les sages comprendront » (Daniel 12:10). Nous avons aussi signalé les paroles de notre Seigneur à Ses disciples (au Premier Avènement qui illustre l'opération générale de Ses providences), à savoir : « À vous (les vrais Israélites), il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu ; mais aux autres (ceux qui ne le sont pas), en paraboles, afin que ... ils ne comprennent pas » (Luc 8 : 10). 

Les Écritures déclarent : « Le secret de l'Éternel est pour ceux qui le craignent (révèrent), pour leur faire connaître son alliance » (Psaumes 25 : 14). « Mais Dieu dit au méchant : Qu'as‑tu à faire ... de prendre mon alliance dans ta bouche ? Toi qui hais la correction, et qui as jeté mes paroles derrière toi ? » (Psaumes 50 : 16, 17). Nous soutenons que notre utilisation de ces mystères prophétiques est en harmonie avec le but et le message divins — que le peuple consacré du Seigneur doit connaître la signification prophétique des événements de ce temps où nous vivons, et que par cela, ils soient de plus en plus fortifiés, stimulés et séparés du monde et de son esprit et mieux préparés pour le Royaume de Dieu (2 Pierre 1 : 5‑11). 

Nous n'allons pas tenter d'expliquer exactement le caractère de ces signes épouvantables qui appartiennent à la fin de cet Âge, mais notre Seigneur y fait particulièrement allusion, et ils étaient aussi prédits par le prophète Joël : « Et je montrerai des signes dans les cieux et sur la terre, du sang, du feu, et des colonnes de fumée » (Joël 2 : 30 ; Actes 2 : 19).
 

LES CIEUX ET LA TERRE SECOUÉS 

L'Apôtre Paul mentionne les tremblements de terre en Hébreux 12 : 26, 27. Il fait allusion à l'établissement de l'Alliance de la Loi au Mont Sinaï et aux merveilleuses manifestations littérales de ce temps, qui provoquèrent chez Moïse et tous les Israélites, crainte et tremblement ; l'Apôtre nous dit aussi que ces choses était le type (ou la figure) des plus grands tremblements, etc., attendus à la fin de cet Âge, quand le Royaume de Dieu sera prêt à être établi et la Nouvelle Alliance [avec Israël et, par Israël, avec le monde — Jérémie 31 : 31 : « Voici, des jours viennent, dit l'Éternel, et j'établirai avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda une nouvelle alliance »] sur le point d'être inaugurée (sous les mains du Grand Médiateur Jésus et de l'Église, Son « Épouse », Son « Corps ») entre Dieu et l'humanité. 

L'Apôtre explique que la Parole de Dieu sur ce sujet implique l'élimination de toutes choses fabriquées, de choses qui peuvent être détruites, pour que seules les choses immuables demeurent ; et ces choses immuables que mentionne l'Apôtre sont associées avec le Royaume de droiture de Dieu. Quand nous regardons autour de nous avec les yeux de l'entendement (compréhension) ouverts, nous voyons tant de choses qui, à l'évidence, ne sont pas permanentes, justes, satisfaisantes pour Dieu et pour tous ceux qui aiment la droiture… Et quand nous pensons au fait que ce tremblement sera capable de délier et de détruire toutes les choses imparfaites et coupables de ce temps présent, nous imaginons mieux que nous ne décrivons [qu’imparfaitement] la puissance de ce tremblement décrit, en Apocalypse 16 : 18, comme « un tremblement de terre tel, si grand, qu'il n'y en a jamais eu de semblable depuis que les hommes sont sur la terre ». 

Le terme « tremblement de terre » est utilisé de façon symbolique pour représenter une révolution — le sens de ce mot est utilisé pendant tout le livre de l'Apocalypse. Ce que nous attendons est en train de s'échafauder dans le monde : une grande révolution, la grande destruction des institutions actuelles, qui renversera toute chose qui ne sera pas conforme à l'établissement ou au consentement du Seigneur. 

Pourquoi donc, direz‑vous, penser et parler de tremblements de terre littéraux ? Parce qu'il semble qu'il y ait, dans l'ordre divin, une harmonie entre le littéral et le figuré : ainsi, les tremblements de terre littéraux ont aussi leur part à jouer dans le grand programme. Non seulement ils vont servir l'Église en tant que signes qui corroborent les prophéties concernant le grand Jour de Détresse [ Trouble ] qui termine cet Âge, mais ils vont aussi servir un autre but — un but bien particulier. 

Les Écritures indiquent clairement que notre terre physique n'a pas atteint la grande perfection que notre Seigneur a projeté pour elle afin qu'elle soit un foyer béni, comme le Paradis de Dieu, qui durera toute l'éternité. Notons que les Écritures montrent clairement que le Petit Troupeau, appelé à être l’Épouse du Christ durant l'Âge de l'Évangile, avait reçu la promesse d'un changement de la nature humaine à la nature spirituelle, le préparant à des conditions célestes, spirituelles. Mais pour le « résidu » (le reste de l'humanité) [ en fait, la grande majorité de l’humanité ], la providence divine n'a pas prévu un changement de nature, mais le rétablissement à la perfection de la nature humaine et le développement de la terre à la condition parfaite, qui la rendra semblable à celle du Jardin d'Éden — le Paradis rétabli (Actes 15 : 14 – 17 ; Apocalypse 21 : 1 – 4 ; 22 : 1 ‑ 3).


LE DÉLUGE D'ABORD,
LE TREMBLEMENT DE TERRE ET LE FEU MAINTENANT 

Le déluge d'eaux au temps de Noé fut provoqué par la rupture de la dernière d'une série de voûtes du ciel qui entouraient autrefois la terre. Dieu avait prévu la perversité qui se développait parmi l'humanité et la domination des êtres humains déchus par les géants de ce temps‑là (Genèse 6 : 4). Il avait prévu la chute de cette dernière voûte pour que le déluge d'eaux serve Son dessein de destruction de cet ordre de choses [ « le monde d’alors » — 2 Pierre 3 : 6 ]. Ceci rendit possible l'étape suivante dans le divin Plan : l'ordre actuel, qui débuta après le Déluge, quand Noé et sa famille sortirent de l'Arche. 

Pareillement, les Écritures enseignent que Dieu a réservé, pour le temps approprié à la fin de cet Âge, certaines grandes perturbations physiques nécessaires pour aider à la destruction du mauvais ordre social actuel [ le « présent monde mauvais » — Galates 1 : 4 ] et à la préparation du Règne de droiture et de bénédiction de l'humanité. Ainsi les troubles relatifs à ce changement s'abattent sur le monde comme des déluges désastreux, afflictions douloureuses, tout ceci contribuant à amener l'humanité dans des besoins et épreuves cruelles qui accompagnent la révolution et l'anarchie et l'ébranlement complet, non seulement de la terre physique, mais aussi de la terre sociale et des institutions ecclésiastiques. Toutes les choses instables disparaîtront — pour que le nouvel ordre de choses [ « le monde… à venir » — Hébreux 2 : 5 ] puisse être inauguré sur une base définitive et avec l'approbation divine, ce qui signifiera, à la fin, de grandes bénédictions pour l'humanité. 

De ce point de vue, seule une certaine classe peut lire ces signes des temps, intelligemment et avec confiance, et les Écritures appellent cette classe des « veilleurs », considérés par le monde [ l’humanité en général ] comme des insensés, mais par Dieu comme des sages, capables de comprendre. À ceux‑ci, notre Seigneur Lui­-même adresse Ses paroles, disant : « Et quand ces choses commenceront à arriver [ quand vous verrez les cœurs des hommes faiblissant devant la peur et la recherche des choses qui disparaissent ], regardez en haut, et levez vos têtes [ et réjouissez‑vous ], parce que votre rédemption [ délivrance ] approche » (Luc 21 : 28).
 

AVANTAGES POUR LES SUJETS ÉCLAIRÉS DE DIEU 

La classe d'Élie a eu le privilège de voir, non seulement le vent (les guerres mondiales), mais aussi le tremblement de terre (la révolution) et le feu (l'anarchie), et d'entendre la petite voix douce parlant ensuite de paix à l'humanité (1 Rois 19 : 11, 12). Le peuple consacré de Dieu, possédant Son Esprit, ne peut, en aucun sens du terme, se réjouir du malheur des autres ; sa joie n'a lieu d'être qu'en rapport avec les choses glorieuses qu'il s'attend à vivre, et qu'il sait proches grâce à ces signes extérieurs. 

Il se réjouit non seulement pour lui, mais aussi pour le monde entier, car il a l'assurance des Écritures qu'au-delà du Temps de Détresse [ de Trouble ], au‑delà de la marée montante de la Révolution et de l'Anarchie de notre temps qui, comme un nuage noir, couvre le monde social tout entier, il y a une couverture d'argent — et qu'au‑delà de la nuée s'élèvera le glorieux Soleil de justice (Malachie 4 : 2), qui dardera ses rayons et chassera chaque nuage et toute ombre d'ignorance et de superstition. Il apportera au monde de l'humanité de riches bénédictions par la Grâce divine, assurées par le précieux sang de Christ ; sa manifestation a été retardée jusqu’à maintenant, en attendant la révélation des fils de Dieu dans le Royaume (Matthieu 13 : 43 ; Romains 8 : 19 ‑ 22). 

De ce point de vue, les informations sur les tremblements de terre causant de grands dégâts, d'effroyables pertes en vies humaines et de grandes souffrances (et les petits tremblements de terre moins nuisibles) — toutes ces choses s'adressent à nous comme étant des confirmations fortuites des prophéties qui montrent que nous vivons [depuis 1914] dans le grand Temps de Détresse. Il est vrai qu'il peut y avoir une accalmie momentanée, mais nous avons confiance en la signification de la prophétie de notre Seigneur dans ce texte, et que le temps de son accomplissement est proche. 

Nous sommes parfaitement conscients que l'homme naturel et les conducteurs scientifiques considéreront comme une folie d'associer les faits de nos jours avec les paroles prononcées dix-neuf siècles plus tôt. Nous sommes conscients qu'ils diront, comme l'Apôtre Pierre l'avait prédit, que toutes les choses continuent comme depuis la création du monde (2 Pierre 3 : 4), que de tels changements se sont produits et s'effectueront encore sans l'aide et sans une relation quelconque avec la Seconde Présence de notre Seigneur et le Temps de Détresse (par lequel se termine cet Âge). Ceci est leur point de vue — le nôtre est contraire. 

La Parole inspirée de Dieu, la Bible, enseigne qu'aux environs de ce temps, nous devons nous attendre à de grandes convulsions de la nature et à des changements radicaux sur la terre — dans une certaine mesure, pour exécuter le jugement de Dieu, et dans une autre, pour aider à préparer le monde pour le grand et glorieux Royaume de Christ et de l'Église. Même si quelques dégâts sont causés à la terre maintenant et dans le futur proche, notre terre sera rendue mieux adaptée aux besoins de l'homme pendant le Millénium pour durer éternellement. Selon la propre déclaration de Dieu, Il rendra glorieuse la place de Ses pieds — la terre, Son marchepied (Ésaïe 60 : 13) . 

Et, à l'évidence, de grands et merveilleux changements s'effectueront, dont quelques‑uns sans doute graduellement. Dieu a imprégné notre système écologique terrestre d'une merveilleuse capacité pour remédier à la pollution de l'air, de l'eau et de la surface — dès que l'homme arrêtera des pratiques nuisibles. On a observé que la vie végétale et animale réapparaissent rapidement même après les pires désastres naturels. Ceux qui reconnaissent la puissance de Dieu peuvent avoir pleinement confiance qu'Il est à même d'acquitter les glorieuses promesses de Sa Parole concernant les conditions paradisiaques de cette terre pour l'usage de l'humanité durant le Millénium et pour l'éternité ensuite.
 

LES TREMBLEMENTS DE TERRE SYMBOLIQUES — LES RÉVOLUTIONS 

Ainsi qu'il a été mentionné précédemment, les soulèvements sociaux sont illustrés dans la Parole de Dieu par le symbole des tremblements de terre, les montagnes étant transportées dans la mer, etc. [Psaume 46 : 1-3, ou 2-4, selon la version], et les insurrections similaires des éléments sociaux de l'Anarchie sont illustrées par des raz‑de‑marée engloutissant les montagnes (les gouvernements). C'est l'une des puissantes images utilisée, non seulement dans les Psaumes, mais aussi en Apocalypse et dans le langage symbolique de notre Seigneur quand Il se rapporte à ce grand et présent Temps de Détresse [ Trouble ]. Le Prophète déclare que c'est un Temps de Détresse tel qu'il n'y en a pas eu depuis qu'il existe une nation, et notre Seigneur d'ajouter, et qu'il n'y en aura jamais (Daniel 12 : 1 ; Matthieu 24 : 21). 

Que l'on ne comprenne pas que nous sommes en train de plaider en faveur de la révolution ou de l'anarchie. Au contraire, nous suivons la voix du Maître qui dit que tous les disciples de Sa Vérité devraient rechercher la paix et la continuer et, aussi longtemps que possible, vivre en paix avec tous les hommes ; que, comme Lui, nous ne devons pas résister, le mal contre le mal, la force contre la force, mais que nous devrions plutôt remettre notre vie au Seigneur et chercher à marcher dans Ses sentiers et nous reposer sur Lui pour les résultats qui seraient à notre avantage et à Sa gloire. Loin de nous l'idée de prôner l'anarchie ; nous maintenons et enseignons que même les plus insignifiants et les plus pauvres des gouvernements, de toutes les sortes connues de l'histoire, sont supérieurs à l'anarchie. 

Nous constatons, en toute sympathie et bienveillance, que ceux dont les idées penchent vers le Socialisme et autres idéologies similaires sont, sans rien soupçonner, en train de couver des neufs de serpents venimeux (Ésaïe 59 : 5) — que toutes ces idéologies sont difficiles à mettre en vigueur dans les conditions actuelles parce que les riches n'abandonneront pas leurs avantages sans lutte. Ceux qui débutent maintenant avec des espérances socialistes, et trouvant ces espérances illusoires, seront si courroucés, si déçus, qu'ils deviendront aigris, remplis d'amertume et furieux suite aux déceptions causées par leurs théories, et par l'impossibilité de les réaliser comme ils en avaient l'intention suivant leurs lignes de générosité, et qu'ils seront attirés par les méthodes désespérées des révolutionnaires et des anarchistes. 

Regardons ensemble ce que les Écritures nous indiquent clairement ; à savoir la préconnaissance des conditions passées, présentes et futures, et leur arrangement divin, pour le plus grand bien‑être de tous ceux qui recherchent la justice et prêtent l'oreille à Sa voix qui parle des cieux. Aussi le Seigneur les encourage à prendre Son joug sur eux et apprendre de Lui (Matthieu 11 : 28‑30) — à accepter les épreuves et les difficultés relatives à la loyauté envers Lui dans le temps présent, et par ces attestations ils seront jugés dignes de prendre part aux dons de Dieu — d'être ouvriers avec Jésus dans Son Royaume, durant lequel il bénira bientôt toute l'humanité avec le « Rétablissement » (Actes 3 : 19‑21). 


LA CONDUITE CONVENABLE DU PEUPLE DE DIEU 

Nous encourageons donc tous ceux du peuple de Dieu à rechercher de plus en plus à comprendre Son merveilleux Plan, à Le glorifier avec leurs corps et leurs esprits qui sont les Siens, et à attendre Son temps et Sa façon d’introduire les bénédictions du monde qui, nous le voyons tous, sont tellement nécessaires à la pauvre création gémissante. De plus, pendant ce temps, nous avons à développer les grâces de l'Esprit du Seigneur, ou, comme î'Apôtre le dit, « revêtir Christ » — Son caractère, Sa disposition — Son humilité, Sa douceur, Sa patience, Sa longanimité, Son affection et Son amour fraternel contre lesquels il n'y a pas de loi, et pour lesquels (l'Apôtre nous l'assure), « en faisant ces choses vous ne faillirez jamais ; car ainsi l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus‑Christ vous sera richement donnée » (2 Pierre 1 : 10, 11). 

Ceux‑ci ne peuvent être rejetés des mains de notre Seigneur par aucun tumulte. En effet, s'ils sont pris dans les désastres des tremblements de terre littéraux, ils auront une grâce suffisamment développée pour chaque moment de besoin, et seront aptes à se réjouir même dans de telles afflictions. S'ils sont en contact avec quelques‑uns des tremblements de terre révolutionnaires, ils se muniront de patience et se réjouiront de leur relation avec le Seigneur, de leur confiance dans Sa bienveillance et de leur connaissance que toutes choses travaillent ensemble pour le bien de ceux qui aiment Dieu — de ceux qui sont appelés selon Son propos (Romains 8 : 28). 

C'est à propos de cette classe que le Prophète déclare (Psaumes 46 : 2‑5) : 

« Nous ne craindrons pas, quand la terre serait transportée (alors que la société devient ébranlée et désorganisée),

Et que les montagnes seraient jetées au cœur des mers (quand révolution et soulèvement renverseront les gouvernements ou royaumes de ce monde dans l'Anarchie).

Quand ses eaux mugiraient, qu'elles écumeraient (alors que les multitudes sans loi, ingouvernables, pousseront des cris, menaceront et causeront de grandes agitations dans la désobéissance, des émeutes, des violences liées à la drogue, des conflits syndicaux, des attaques et meurtres insensés, etc.).

Nous ne craindrons pas quand les montagnes seraient ébranlées à cause de l'emportement de la mer (alors que les gouvernements tremblent devant la tempête de l'Anarchie).

Il y a un fleuve dont les ruisseaux réjouissent la ville de Dieu. Dieu est au milieu d'elle (la rivière du salut fera du Royaume de Dieu un endroit joyeux et heureux que Dieu favorisera et qui sera le centre des intérêts de Son peuple de la Vérité) ;

Elle ne sera pas ébranlée (les tremblements de terre littéraux ou symboliques ne peuvent dissoudre la relation entre Dieu et Ses fidèles, la paix de Dieu qui surpasse toutes les règles de l'entendement dans leurs cœurs, les maintenant dans Sa paix ; Ésaïe 26 : 20, 21 ; 1 Thessaloniciens 5 : 1­4) :

Dieu la secourra au lever du matin (la sauvera de sa peine, de sa lassitude et du danger) ».

étendard de la Bible


Accueil Interconfessionnelle dans sa mission [non pas œcuménique] et libre de tout sectarisme, mais attachée à Dieu dans la mesure de la compréhension de Sa Parole, la revue l'étendard de la bible soutient, à travers de nombreux articles, l'explication et la défense du Plan divin... Ceci, elle le fait en particulier dans les rapports de ce Plan avec le caractère de Dieu et le sacrifice de Christ en "Rançon pour tous" (1 Timothée 2 : 6), avec Son ministère à l'égard des Élus maintenant, et à l'égard du Monde durant Son Règne messianique millénaire ; et avec Son Épiphanie (temps de Sa manifestation) dont les signes se manifestent maintenant parmi nous d'une manière apparente. Haut de page  @


Un N° gratuit Abonnement Publications Commandes
Les écrits de C. T. RUSSELL : Le Divin Plan des Âges, Le Photodrame de la Création, etc.